Adéquation de la selle

Liaison entre le cavalier et son cheval, la selle est un élément très important à prendre en compte dans le travail du cheval. Inadaptée ou mal positionnée, elle peut être source de contractures musculaires voir de blocages ostéo-articulaires provoquant une défense du cheval ou des adaptations silencieuses pouvant à terme diminuer ses performances, voir mettre en danger son cavalier. Elle peut également provoquer :

 

- des contractures ou une amyotrophie musculaire

- des plaies, poils blancs (lésion permanente du follicule pileux), oedèmes 

- une perturbation du mécanisme de sudation (zone sèche)

- un échauffement long

- une incurvation vertébrale difficile

- une hypersensibilité du dos

- de l'agitation, ruades, aggressivité

- une défense sous la selle, de la rétivité au sanglage et à la monte

- une désobéissance à l'obstacle

- un refus de mise en main, bouche dure

- une limitation de la protraction des épaules

- un défaut d'engagement des postérieurs associé à une perte d'impulsion

 

 

Ayant remarqué que beaucoup de selles sont mal positionnées sur le dos du cheval voir complètement inadaptées, je demande systématiquement aux cavaliers de me présenter leur selle au début de la consultation, et je réoriente vers mes collègues saddle-fitter quand cela me parait nécessaire.

Quelques bons réflexes

  • Faire contrôler systématiquement sa selle avant achat définitif par un professionnel, et lorsque le cheval change de physique. Un jeune cheval changeant rapidement de morphologie, il est préférable d'atteindre la fin de sa croissance avant d'investir dans une selle sur-mesure. J'ajouterai que le prix de la selle ne sera jamais garant de son adéquation au dos du cheval.

 

  • Un bon commercial doit être présent lors de l'essai de la selle qu'il souhaite vendre, prendre les mesures nécessaires pour trouver la mieux adaptée au cheval et à son cavalier. Il doit regarder le couple évoluer avec la selle, il n'est pas question de refiler une selle au hasard. Quand la selle est livrée, le commercial doit impérativement être là pour procéder à l'essai et faire les dernières modifications si nécessaire. 

 

  • Pour les amateurs de selles sans arçon, les modèles bas de gamme sont à proscrire. Il vaut mieux investir dans une selle de gamme supérieure, assurant un dégagement de la colonne optimal et une bonne structure. A noter que ces selles ne conviennent pas à tous les chevaux, ni à tous les cavaliers, et que la composition des matériaux utilisés risque de diminuer l'espérance de vie de la selle par tassement.

 

  • La selle doit être adaptée au cheval et à son cavalier. Un cavalier dans une selle non adaptée n'est pas à sa place et peut gêner son cheval. De ce fait, il n'est pas dans les meilleurs conditions pour avoir une assiette correcte. Certains chevaux n'ont pas une morphologie adaptée à leur cavalier et vice-versa, même si c'est difficile à entendre parfois. Dans certains cas, on ne pourra jamais trouver une solution satisfaisante pour les deux, et il convient de réfléchir à l'avenir du couple... 

 

  • Utiliser un montoir, quelque soit la taille du cheval, ou alterner la monte droite/gauche. L'idéal étant d'avoir un montoir et une personne pouvant faire contre poids sur l'autre étrier au moment de la mise en selle (si on utilise quand même l'appui sur l'étrier). Il est également important d'apprendre à monter correctement en selle, même avec la présence d'un montoir (notamment par des séances de montoir sans sangle...) 

 

  • N'utiliser seulement qu'un amortisseur pourvu d'une gouttière au niveau du dos. Attention, si votre selle est adaptée, celui ci doit être le plus fin possible s'il est nécessaire, ou alors vous pouvez utiliser un couvre siège avec un pouvoir amortissant pour gêner le minimum l'adéquation de la selle. Attention, si la selle est trop étroite, l'utilisation d'un amortisseur en plus peut être néfaste en générant des surpressions. 

 

  • Vérifier le bon emplacement de la selle, elle ne doit pas gêner le mouvement de l'omoplate et la zone d'appui de l'arçon ne doit pas dépasser la dernière vertèbre thoracique (TH18, facilement palpable en suivant la dernière côte), afin de libérer la charnière thoraco-lombaire. Pour les juments ou les chevaux présentant des problèmes de postérieurs, idéalement il ne faudrait pas dépasser la 17ème thoracique afin de libérer les insertions du psoas. 

 

  • Le garrot doit être toujours libre, même avec le cavalier en appui sur la selle. Elle ne doit à aucun moment ni basculer en avant, ni en arrière. La sangle et les étrivieres doivent tomber verticalement. Le tapis doit être dégarotté correctement tout au long de la séance notamment à l'avant mais également à l'arrière. 

 

  • Toujours stocker son matériel convenablement, ne pas laisser traîner la selle en vrac, utilisez un porte-selle.